" On nous conseille de positiver, de supprimer les émotions négatives…

En fait toutes les émotions sont utiles à un certain moment. Même et surtout les négatives selon les neurologues qui étudient l’évolution. La peur nous fait entrer en action, la tristesse accompagne le deuil. Les émotions, positives ou négatives ne sont pas faites pour perdurer mais sont nécessaires à mobiliser nos réponses physiologiques, en quelques milliers de secondes, plus rapidement que notre pensée.

En fait les neurosciences (en particulier les travaux de Rick Hanson) démontrent que notre cerveau privilégie les expériences négatives! Quelle injustice! Pourquoi? Pour des raisons de survie (l’homme existe depuis très longtemps et son cerveau évolue depuis bien avant Cro-Magnon) il est plus important d’enregistrer les expériences négatives et toutes leurs informations sensorielles car elles nous informent des dangers qui nous menacent et aident à les anticiper et nous en protéger. Survie de l’espèce oblige! D’ou l’utilité de notre cerveau émotionnel (limbique), et des inscriptions de mémoires.

Les expériences négatives sont immédiatement stockées dans notre mémoire. Alors que les expériences ou émotions positives sont éliminées très vite, elles glissent à la surface du cerveau. Le cerveau est du Velcro pour le négatif et du Téflon pour le positif. "

Marion Blique

emotions