" La compassion, ce n'est pas être navré, ni plein de sympathie pour les souffrances d'autrui. La compassion est un amour d'une telle profondeur qu'on est prêt à faire l'impossible pour apporter plus de conscience dans une situation.

Laissez-moi vous rappeler un évènement de la vie de Jésus.

Un jour, il prit un fouet et entra dans le grand temple de Jérusalem.

Un fouet dans la main de Jésus ? C'est le sens de la parole de Bouddha : "Une main sans blessure peut manier le poison." Oui, Jésus peut manier un fouet sans problème; le fouet ne peut pas le dominer. Il reste alerte, à la mesure de sa conscience.

Le grand temple de Jérusalem était devenu une caverne de voleurs. Une subtile escroquerie s'y déroulait : il y avait à l'intérieur du temple des changeurs qui exploitaient tout le pays.

Jésus pénétra seul dans le temple et renversa les tables des changeurs, jeta leur argent et créa un tel tumulte que les changeurs s'enfuirent hors du temple. Ils étaient nombreux et Jésus était seul, mais il était dans une telle colère, animé d'un tel feu !

Cela a posé un problème aux Chrétiens. Comment l'expliquer ? Eux qui s'efforcent de prouver que Jésus est une colombe, un symbole de paix : comment a-t-il pu manier le fouet ? Comment a-t-il pu se mettre dans une telle colère, dans une telle fureur, au point de renverser les tables des changeurs et de jeter les marchands hors du temple ? Son énergie devait être celle d'une irrésistible tempête. Les prêtres, les commerçants et les changeurs, tous s'enfuirent en disant "Cet homme est devenu fou !"

Les chrétiens évitent cette histoire. Ce n'est pas la peine de l'éviter si vous comprenez ce sutra de Bouddha :

"Car une main sans blessure peut manier le poison,
L'innocent ne peut faire aucun mal."

Jésus est absolument innocent ! Il n'est pas violent, il n'est pas destructeur, c'est sa compassion, c'est son amour. Le fouet dans ses mains est un fouet dans les mains de l'amour. "

Osho

10888933_689738511142287_4902336694306251757_n