« Nous avons perdu la mort – l'attention aux mourants, les cérémonies, les rituels et les paroles de deuil. Cette disparition a été si brutale que personne ne s'en est ému. Depuis longtemps nous vivions dans une familiarité avec la mort et avions, avec le christianisme, pris l'habitude d'organiser les trois temps d'une mort: le temps du mourant, le temps de la mort et le temps du deuil. Le mourant savait mourir, le deuil trouvait sa place dans la vie sociale, la mémoire gardait longtemps encore le souvenir du défunt.
Alors demandons-nous: Qu'avons-nous perdu en perdant notre familiarité avec la mort ?
En laissant les mourants sans insistance, ne sommes-nous pas en train de vivre un processus de dé-civilisation?
Ignorer la mort, la mépriser, n'est-ce pas rejeter les forces et les pulsions de mort qui nous façonnent et nous font accepter le monde et les autres mondes ?
Or la mort s'apprend et doit faire partie de l'éducation de l'homme.
La mort ne concerne pas seulement l'au-delà, mais, aussi et peut-être, surtout, l'ici et le maintenant des hommes. »


Damien Le Guay

10376857_10152850910646647_6294665459474247704_n