25 octobre 2013

un Dieu..

" Il n'y a qu'un Dieu.Il n'est l'ennemi de personne. "Guru Nanak

25 octobre 2013

Tout ce que nous faisons

" Tout ce que je fais, je le fais à moi-même. " in " Un cours en miracles "
Posté par GuillaumeDou à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
23 octobre 2013

guérisseur/sauveteur/victime

" quand vous aborderez des personnes ou des situations en tant que guérisseur - en jouant au " sauveur " -, si vous le faites avec un jugement invalidant, pensant qu'il y a quelque chose à arranger ou quelqu'un à secourir, vous vous nourrirez de la discorde et vous l'entretiendrez inconsciemment. Ainsi vous maintiendrez votre identité égotique de guérisseur/sauveteur/victime (...) sans savoir ce que cela signifie réellement.Permettez à tous de vivre les expériences qu'ils ont choisies car ils y gagneront en sagesse, tout comme vous.... [Lire la suite]
23 octobre 2013

Justice divine

" Il est extrêmement difficile pour ceux qui croient encore que le péché est signifiant de comprendre la justice du Saint-Esprit. " in " Un cours en miracles "NB : dans " Un cours en miracles ", " Péché " signifie " Illusion "
Posté par GuillaumeDou à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
23 octobre 2013

Acouphène : signal de dureté envers soi-même

Les acouphènes semblent venir nous inciter au pardon. En effet, lorsqu'ils apparaissent, ils viennent nous signaler un dureté envers nous-même : une pensée, un jugement, une action non juste pour nous.Afin de les dissiper, il nous suffit simplement de nous pardonner. Pour se faire soyons attentif à ce que nous sommes en train de faire ou de penser puis pardonnons-nous avec coeur cet acte ou ce jugement, l'acouphène disparaîtra alors quasi-instantanément.  
22 octobre 2013

Le monde que tu vois

" Le monde que tu vois n'est qu'un jugement sur toi-même. "in " Un cours en miracles "  
22 octobre 2013

Le spectacle de l’injustice

« Le spectacle de l’injustice m’accable, mais c’est probablement parce qu’il éveille en moi la conscience de la part d’injustice dont je suis capable. »Georges Bernanos