" Je me demande pourquoi on ne dit pas Saint Judas, puisque c’est à partir de lui que la Passion a démarré... S’il n’avait pas fait ça, il n’aurait pas obéi puisque le Christ lui a dit : «ce que tu as à faire, fais-le». Alors il me semble que c’est très mal que nous n’ayons pas de reconnaissance à Judas, grâce à qui il y a eu une rédemption!» Vraiment, on aurait mis un pavé dans une fourmilière, cela n’aurait pas fait plus de boucan! Le pauvre curé s’arrachait les cheveux en disant : mais qui vous a mis ces idées-là dans la tête? Voyez, déjà je me posais des quantités de questions... Et je dois dire que je me la pose toujours! C’est une question fondamentale dans le christianisme : il y en a un qui était «rétro», qui voyait les choses selon son désir, et celui-là ne pouvait pas admettre que le roi n’était pas un tout-puissant. Et c’est grâce à celui-là que tout s’est déclenché et que ce message a été donné à l’humanité. Alors il faut donc qu’il y ait toujours quelqu’un «contre»; c’est pour ça que je m’inquiète quand je vois qu’il n’y a personne contre. "

Françoise Dolto

12043163_543095505844040_7238578075781215750_n