« Plus vous entrez dans la méditation par le sexe, moins le sexe aura d’effet. La méditation s’en retrouvera enrichie, et de par cette méditation grandissante une nouvelle porte s’ouvrira et le sexe se fanera. Il ne s’agira pas d’une sublimation. Ce sera comme des feuilles mortes qui tombent de l’arbre. L’arbre ne sait même pas que les feuilles tombent. De même, vous ne saurez pas que votre besoin mécanique de sexe s’en ira.

Créez la méditation par le sexe ; faites du sexe un objet de méditation. Traitez-le comme un temple. Alors, vous le transcenderez et vous serez transformés. Alors il n’y aura plus de sexe mais  il n’y aura aucune suppression, aucune sublimation. Le sexe deviendra simplement sans importance, dénué de sens. Vous l’avez dépassé. Le sexe n’a désormais plus de sens pour vous.

C’est comme un enfant qui grandit. A présent, les jouets n’ont plus de sens. Il n’a rien sublimé, rien supprimé. Il a juste grandi, il est devenu plus mature. Les jouets n’ont plus aucun sens à présent. Ils sont enfantins, mais l’enfant n’est plus un enfant.

De même, plus vous méditez, moins le sexe vous attirera. Et peu à peu, spontanément, sans aucun effort conscient pour sublimer le sexe, l’énergie coulera vers une autre source. La même énergie qui s’était écoulée à travers le sexe s’écoulera maintenant à travers la méditation. Et lorsque l’énergie s’écoule à travers la méditation, la porte du divin s’ouvre. »

 

Osho

11146516_690547834387899_4104180724275994592_n